AirBurr : le drone qui cartographie son environnement grâce aux collisions

Si vous avez déjà regardé une mouche qui essaye de trouver son chemin dans une maison, vous avez sans doute remarqué qu’elle n’a pas pris une approche particulièrement gracieuse. En effet, elle a probablement rebondi sur un grand nombre de fenêtres et de murs, jusqu’à procéder par élimination pour trouver une route dégagée.
Eh bien, des chercheurs du laboratoire suisse EPFL utilisent la même approche avec la dernière version de leur drone AirBurr. Ce drone est conçu pour se cogner sur des choses, dans le but de cartographier et de naviguer dans son environnement.

Comme pour les versions précédentes d’AirBurr, la version 11 a des pales de rotor, de l’électronique et un châssis en fibre de carbone souple. Ce cadre offre une protection en cas de collision, mais il est assez flexible pour ne pas se casser sous la pression.

Airburr

Lorsque le drone se renverse, il est capable de se redresser en étendant les 4 pattes rétractables en fibre de carbone qui sont sur les côtés. Une fois que les pattes sont posées, il peut décoller de nouveau et reprendre son vol.

Une nouveauté avec cette version du drone est sa capacité à apprendre de ses accidents. En analysant la position et la force de ses collisions, AirBurr est capable de connaitre progressivement son environnement.

Les capteurs embarqués dans le drone sont composés de seulement 4 photodiodes pour la recherche des sources lumineuses. Il est vrai que si le drone disposait d’une plus grande variété de capteurs et d’algorithmes, il tomberait moins souvent. Néanmoins, le drone serait beaucoup plus complexe et donc plus coûteux.

Une vidéo pour avoir un aperçu du drone.

AILLEURS SUR LE WEB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *